Le ministère ivoirien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique est en conclave avec l’Ecole Inter-États des Sciences et Médecine Vétérinaires (EISMV) de Dakar, depuis lundi autour de la problématique des politiques et stratégies du financement durable de l’EISMV de Dakar. Selon une note du ministère de l’enseignement supérieur ivoirien, cette activité sera l’occasion d’une rencontre du comité des experts et d’une réunion du conseil des ministres concernés dans la région. Autour du thème, “Quelles politiques et stratégies pour un financement durable de l’EISMV de Dakar ?”, cette 48è session ordinaire devra renforcer l’ancrage de l’EISMV avec les pays membres et accroître sa notoriété.

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Dr Abdallah Toikeuse Mabri, a appelé jeudi, à Abidjan, les Etats membres à être solidaires et à apporter leur appui au fonctionnement de l’école. Il a demandé aux experts et aux ministres des différents Etats de l’EISMV d’assurer la pérennité et la durabilité de l’institution par des « choix judicieux » lors de cette session.

Pour le ministre, « la sécurité sanitaire des pays et du monde est menacée avec la progression de la résistance aux antimicrobiens et l’émergence des maladies infectieuses animales et humaines telles que la grippe aviaire, les fièvres hémorragiques virales comme l’Ebola qui ont des conséquences dramatiques sur les vies humaines, animales et sur l’économie. »

Le président du conseil d’administration de l’Ecole Inter-Etats des Sciences et Médecine Vétérinaires de Dakar, Dr Sidi Ould Salem, a pour sa part souligné que cette session a pour but de prendre des décisions importantes pour l’avenir de l’institution et de permettre à l’école de jouer son rôle de développement socio-économique pour les pays africains.

Il s’agira aussi, selon lui, de consolider les acquis de l’EISMV et de soutenir les initiatives de modernisation en cours.

whatsapp-image-2019-11-08-at-05-23-47-1
Au courant de la semaine Quinze experts seront réunis, autour de la thématique.

Les résultats des travaux de ces experts devraient permettre au conseil d’administration, convoqué jeudi, de prendre les meilleures décisions et d’arrêter les recommandations essentielles au profit de l’école pour relever le défi de son classement aux premiers rangs des prestigieuses écoles internationales, a indiqué le président du comité d’experts, Mohamed Vadel Déida.

« Pour une agriculture compétitive et créatrice de revenus, les vétérinaires sont en première ligne dans les domaines des productions animales et halieutiques grâce à leur rôle dans la chaîne alimentaire, de la production de l’animal à la production de la denrée alimentaire d’origine animale, et à leur place privilégiée dans la protection de la santé animale et de la santé humaine », a déclaré le ministre des Ressources animales et halieutiques, Dosso Moussa, à l’ouverture des travaux, à Abidjan-Cocody.

Face aux nouveaux enjeux liés à la recrudescence des maladies infectieuses animales et humaines comme la grippe aviaire ou les fièvres hémorragiques comme Ebola, le ministre Dosso Moussa a souligné que la profession vétérinaire requiert « une nouvelle génération de vétérinaires, leaders de l’approche One health (une seule santé), préparés à travailler pour relever le nouveau défi de la diversification des productions animales pour nourrir le continent », tout en encourageant les élevages en développement comme les abeilles, lapins, grenouilles et escargots.

Créée en 1968, l’EISMV de Dakar a formé en 50 ans plus de 1500 médecins vétérinaires et professionnels qui contribuent, dans les 15 Etats membres, au développement du secteur de l’élevage et de la pêche ainsi qu’à la protection de la santé animale et de la santé publique.

Le Bénin, le Burkina Faso, le Burundi, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Congo, le Gabon, la Mauritanie, le Niger, la Centrafrique, le Rwanda, le Sénégal, le Tchad, le Togo et le Mali sont les 15 États membres de l’EISMV de Dakar, une école qui a pour missions de former des docteurs vétérinaires, réaliser des formations continues, apporter l’expertise et autres prestations de service aux États membres.

Dirigé par le professeur Yalacé Yamba Kaboret, les enseignements à l’EISMV sont constitués par l’ensemble des connaissances qui concernent la santé et les productions animales, la conservation et l’exploitation des animaux, notamment la zootechnie, l’hygiène, la médecine, la chirurgie et la pharmacie des animaux domestiques, ainsi que le contrôle et l’utilisation des produits d’origine animale, y compris les produits de la pêche.

Top